Partagez | 
 

 How to crash a 400K dollars car. Lesson 1. x Hayden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Arrivée en ville : 13/06/2013
Dossiers : 24
Crédits : Shiya
Célébrité : Astrid Bergès-Frisbey

Métier/études : DJ


MessageSujet: How to crash a 400K dollars car. Lesson 1. x Hayden   Mar 18 Juin - 8:52

Je venais de sortir d'un bar paumé. Et étonnamment, je tenais parfaitement sur mes deux jambes. Je n'avais pas trop abusé. Enfin, me direz-vous, du point de vue de la fille de Dionysos, on ne savait pas exactement jusqu'où allait le "pas trop abusé". En fait, je paraissais même presque sobre. Il fallait vraiment avoir un œil de lynx pour faire la distinction... Ou alors être de mon entourage. Parce que tous mes "proches" savaient que le mot "sobre" était inexistant dans mon dictionnaire. D'ailleurs, je me demandais toujours comment j'avais fait pour tenir cent ans sans boire une seule goutte d'alcool. Très très très mauvaise expérience que je ne souhaitais absolument pas voir renouvelée. De toutes façons, depuis ma sortie, j'avais fait en sorte de rattraper le temps perdu comme il se devait ! Les cocktails de ce nouveau siècle étaient... Fascinants.

Bref. Je rentrais dans une voiture dans l'espoir d'atterrir quelque part où me poser pour décuver. Je disais une voiture, parce que ce n'était pas ma voiture. En effet, la mienne avait besoin d'un petit coup de neuf. Elle passait un séjour bien mérité au garage. Pour la semaine, je me retrouvais donc avec l'une des nombreuses bagnoles de mon cousin. C'était hyper trop luxueux à mon goût, mais ma foi, tant que ça roulait, ça m'allait très bien. Et dire que cette audi R8 était ce qu'il y avait de plus discret dans son garage... Second petit bémol, j'étais obligée d'habiter chez Zack le temps des réparations. Parce que ma voiture, c'était un peu ma maison. Je n'avais nulle part d'autre où dormir. Oui oui, j'avais toujours besoin de dormir entre deux cuites. Wesh. Siester, c'était la deuxième chose la plus indispensable dans ma vie.

Je roulais tranquillement dans le centre ville de Los Angeles. Une bonne musique classique emplissait l'espace clos du véhicule. J'aimais ces brefs instants de calme. J'avais emprunté une petite route secondaire pour aller plus vite. Je connaissais les ruelles annexes comme ma propre poche, puisque de nombreux bars s'y trouvaient. Et puis, je ne supportais pas d'être prisonnière des énormes bouchons automobiles. C'était l'un des nombreux inconvénients des grandes villes : le trafic. Un vrai cauchemar. Pourquoi je ne volais pas déjà ? Ah beh oui ! C'est vrai ! J'étais la fille de Dionysos et pas d'Hermès. Eh voila que je conversais sarcastiquement avec moi-même. Parfait. De mieux en mieux ma petite Maeve. Je roulais des yeux instinctivement et me mis à rire toute seule. Forever alone, meuf.

Et visiblement, ça ne me réussissait pas, puisque deux minutes plus tard, ma voiture se retrouvait encastrée dans celle d'un inconnu. Oh. Mon. Dieu. Zack allait me décapiter. Si ledit inconnu ne le faisait pas avant. Parce qu'à en juger par la carrure de sa voiture, elle coûtait très très très très chère. Je plissais des yeux. Effectivement, c'était bien ce qu'il me semblait : une porsche carrera gt. Super ! Bon beh. Essayons de régler ça à l'amiable, Maeve. Cool ! Peace, love & alcohol, comme d'habitude. Je sortais de la voiture tandis que l'autre conducteur paraissait en faire de même. Un charmant homme que voila. Le portrait craché de Zack version brun en fait... Pourquoi ça m'étonnait ? Pour posséder une voiture pareille, il ne pouvait qu'avoir le même profil que Zack. « Bonjour ! Euh... J'espère que tu n'as rien ? » Commençais-je hésitante. J'arborais une figure désolée mais plutôt décontractée. D'où le tutoiement d'ailleurs. Je ne vouvoyais jamais les gens. Même ceux qui portaient des costumes à deux milles dollars pièce. « Je suis vraiment désolée pour ce qui vient de se passer... » J'espérais juste qu'il n’appellerait pas les flics. Non seulement parce que c'était de ma faute, mais surtout parce que j'avais un paquet d'alcool dans l'organisme. « Est-ce qu'on pourrait essayer de régler ça calmement et discrètement ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée en ville : 08/06/2013
Dossiers : 155
Célébrité : Julian McMahon

Localisation : Los Angeles --> Downtown
Métier/études : Avocat de l'accusation (Avocat du Diable )


MessageSujet: Re: How to crash a 400K dollars car. Lesson 1. x Hayden   Sam 29 Juin - 17:35

Hayden venait de terminer sa journée de travail. Crevé voir même au bout du rouleau, l'avocat pestait contre les quelques mésaventures qui avaient eu le malheur de se placer sur sa route. Effectivement, ses récentes attaques à l'encontre de son père adoptif vivant en Australie semblaient ne pas avoir eu l'effet escompté. Il avait désormais coupé tous les ponts avec lui, lui interdisant l'accès à d'autres ressources monétaires pouvant provenir des États-Unis ou d'autres pays étrangers, mais également en ralliant à sa cause tous les gros industriels travaillant auparavant pour le vieux McGregor à sa cause afin de lui réduire au maximum son nombre d'alliés. Cependant, rien à faire. Le vieil homme restait toujours aussi intouchable. Quel serait la meilleure solution selon vous ? Peut être qu'Hayden aurait pu fournir les preuves nécessaires à l'ONU pour que le pays rentre en guerre avec l'Australie ? Ou peut être qu'il pourrait tout simplement influencer le Président Américain pour le faire appuyer sur le bouton du missile nucléaire afin de rayer de la carte le pays des kangourous ainsi que le vieil homme par la même occasion ? Non... Bien sur que non. Le riche avocat ne désirait aucunement se perdre dans les coups bas contrairement à son paternel.

En bref, il avait tout tenté, et cela n'avait marché qu'à moitié. Pour pouvoir atteindre pleinement le père McGregor, Hayden devait pour cela se débarrasser des deux derniers hommes de mains encore en vie qui avaient été en charge de devoir faire achever la sienne. Il avait déjà réussit à se débarrasser de celui qui avait essayé de prendre sa place au siège du cabinet d'avocat de Los Angeles, les deux autres personnes ne devraient pas être plus difficile à atteindre, surtout avec l'aide de la nouvelle assistante qu'il avait réussit à recruter récemment.

C'était avec empressement que l'avocat du Diable se précipita dans sa porsche carrera gt pour se rendre immédiatement à son manoir où l'attendaient là bas deux magnifiques prostituées thaïlandaises avec qui Hayden comptait bien passer une soirée plus que mouvementée. Effectivement, les plaisirs du beau Démon se résumaient aux voitures, à l'alcool, aux bons cigares, mais surtout aux bonnes parties de jambes en l'air ! Bref, les plaisirs banals de tout hommes friqués cherchant à dépenser son argent de la façon la plus vulgaire que ce soit. En femmes, en boissons et en gros véhicules. Mais malheureusement, les deux filles de joies qui l'attendaient dans son lit devraient continuer de se divertir dans l'une des piscines ou le jacuzzi de la luxueuse propriété en attendant l'arrivée de leur idole.

En effet, Hayden venait de prendre la route dans le centre ville de Los Angeles baigné dans une fond de musique métal puisé tout droit des profondeurs les plus abyssales des enfers. Le son amplifiait au fur et à mesure en fonction de l'euphorie qui montait elle aussi au sein des tripes de l'avocat du Diable. C'est avec énervement mais sans surprise que le Démon se heurta aux embouteillages du centre ville habituels. Il avait beau klaxonner, rien à faire. Cela ne faisait aucune différence au sein des mélanges de toutes ses voitures qui, elles aussi, klaxonnaient incessamment. Une mince ouverture s'ouvrit à Hayden afin de se glisser sur une voie plus dégagée. Ce dernier ne craignant rien ni personne s'y faufila s'en se préoccuper de personne, menaçant intérieurement de brûler quiconque oseraient frôler le capot noir de sa belle ferrari. Et bien évidemment, ce qui devait arriver arriva.

Une audi R8, de bon goût il fallait l'admettre mais beaucoup moins bien que sa ferrari, le percuta assez violemment. Le choc réussit à faire traverser le pare-brise ce pauvre Hayden qui, volontairement, avait omit le détail de mettre sa ceinture, usant comme motif celui qu'il ''travaillait à deux pas de chez lui''. Ce dernier atterrit quelques mètres plus loin et resta pendant quelques secondes inerte sur le sol. Se redressant enfin, la couleur marron de ses yeux s'éclipsa pour laisser place à un éclat plus sombre et plus maléfique. ''Bonjour ! Euh... J'espère que tu n'as rien ?'' La conductrice venait de sortir de sa voiture et avait prit l'initiative d'aller prendre des nouvelles de la santé de l'homme qu'elle venait de percuter. ''Toi... Toi ! Ne bouges pas d'ici !'' Hayden tentant de ne pas croiser le regard de la jeune fille de peur de dévoiler sa véritable identité se précipita à sa voiture. Tout d'abord, il constata l'ampleur des dégâts. Toute la partie avant du véhicule ne ressemblait plus à rien. ''Putain...'' Il ouvrit la portière et chercha dans la boite à gant de quoi se rouler un joint afin de calmer ses nerfs. Encore, le récipient contenant toute la dose s'était ouvert et avait répandu tout son contenu sur le sol du véhicule. ''... De bordel...'' Enfin, il regarda dans un rétroviseur encore intact de quoi il avait l'air. L'impact ne le fit pas saigner, un Démon était dans l'incapacité de saigner, cependant son costume était déchiré et n'était plus du tout présentable. ''... De merde ! Toi la fille ! Viens ici !'' Hayden attrapa une paire de lunette de soleil et s'en équipa afin de cacher ses yeux noirs puis avança à pas rapides en direction de l'autre conductrice. ''Désolé ne suffira pas ma grande ! T'en fais, on va régler ça, mais à ma manière !'' Il l'attrapa violemment par les cheveux et rapprocha son visage du sien. En effet, elle puait l'alcool à plein net cette gargouille ! Elle n'avait même pas la décence d'être belle. On aurait dit une gamine de 17 ans qui n'avait même pas encore terminée ses études. Elle aurait pu parfaitement se faire pardonner en nature, mais bien qu'Hayden aimait se farcir les petites jeunettes, il appréciait ce genre de chose uniquement quand elles avaient le physique qui pouvaient prouver leur maturité. ''J'en étais sûr, tu pues l'alcool à pétaouchnok espèce de trainée ! Tu sais combien elle vaut cette voiture !? Elle a surement dix fois plus de valeurs que ta misérable existence ! Crois moi, je ne te lâcherai pas tant que tu ne m'auras pas remboursé jusqu'au dernier centimes , pauvre fille !'' Hayden s’apprêta à lever la main sur l'innocente jeune fille, chose dont il aurait mieux fallu réfléchir à deux fois avant d'agir...

_________________