Partagez | 
 

 La simplicité d'être humaine ! Alice Hershey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Arrivée en ville : 30/06/2013
Dossiers : 6
Célébrité : Amber Heard

Localisation : Everywhere !
Métier/études : Infirmière


MessageSujet: La simplicité d'être humaine ! Alice Hershey   Dim 30 Juin - 21:36



Alice Hershey

« feat. Amber Heard »


AGE ৩ 27 ans ; LIEU DE NAISSANCE ৩ Los Angeles ;  ÉTUDES/PROFESSION ৩ Infirmière ; ORIENTATION SEXUELLE ৩ Bisexuelle ; RACE ৩ Humain ; SITUATION PERSONNELLE ৩ Célibataire ; POUVOIRS DIVINS ৩ (seulement pour les demi-dieu, tâchez de ne pas en faire trop non plus, minimisez-vous à deux pouvoirs.)écrire ici.


❝ A l'intérieur de ta tête. ❞

Je suis peut-être une petite humaine à l'allure gentille toute mignonne mais attention je mords quand même. D'accord, j'admets que je suis plutôt du genre câline, peut-être avec une tendance naïve. Je ne méfie pas vraiment des gens aux premiers abords. Je m'attache énormément à ceux que j'aime, parfois un peu trop, j'en deviens collante.

La tête dans les bouquins ? Vous y croyez vraiment ? Détrompez vous ! C'est la tournée des bars tous les soirs ! La puissance de l'alcool me rend sauvage, j'en deviens agressive avec la moindre chose qui me contrarie.Cependant, l'agressivité peut s'atténuer en fonction des mots qu'on me prononce à mon égard. Je suis pas si méchante, voyons. Je suis très sociable. J'ai une classe inestimable quand je veux. Je sais me tenir sans trop de mal. Une vraie petite Cendrillon qui se pointe au bal !

La séduction est mon deuxième prénom, j'aime séduire juste pour m'amuser. Une bouteille à la main, je donne un coup de bassin à mon voisin. Je ne recherche pas forcément plus que  de l'affection et une amitié mais j'aime m'amuser. Je veux pas trop de sérieux. Je suis pas branchée jambes en l'air sauf quand c'est proposé gentiment. Je cède mais j'y peux rien. Ce qui fait qu'en général, je me retrouve dans des situations souvent désastreuses. Demandez à mon ange gardien ! Appelez ange service et vous serez servis ! Ce comportement heureusement pour lui, il n'est qu'en soirée.

La journée, je suis sage enfin on peut dire ça. Le travail d'infirmière, les piqûres dans le cul des vieux,  une véritable passion...Sans rire, si je trouve la porte de secours avant,  à moi la liberté ! Mais pensez-vous que j'ai le droit de la franchir ? Eh bah non, ange service me rappelle à l'ordre ! A mon devoir, de blablabla...Oh allez, il est gentil au fond ! Je vais pas m'en plaindre. Je m'occupe très bien de mes patients sauf quand ils croient que infirmière veut dire boniche de service. Un peu de respect ! Je ne suis pas là pour changer votre lit si vous vous pissez dessus ! Y a des toilettes n'en mais oh ! Comme vous l'avez compris, hein, j'ai les nerfs à infusion les trois quarts du temps. J'y suis pour rien, c'est comme ça !  


❝ Tout sur le personnage. ❞

La douce brise d'été matinale m'avait extirpée du ventre de ma mère. J'avais des envies de connaître ce monde extérieur. Je ne connaissais que trop bien le liquide dans lequel je flottais depuis 9 mois désormais. Ma petite bouille nécessitait le besoin de découvrir qu'elle était le visage de ses créateurs. Mes yeux se pointèrent en direction de ma créatrice à qui je fis un merveilleux sourire sous mes cris. Je ne voyais que elle. Elle était tellement jolie. Elle avait de très beaux cheveux blonds que j'avais envie de toucher. J'eus la sensation que mon observation ne sera pas plus longue. J'eus la forte impression de m'éloigner d'elle au fil des secondes. Je fus trempée dans du liquide bleuâtre différent de mon ancien. Mes cris résonnaient dans toute la pièce. Le temps m'avait semblé si long que je tombais dans les bras de Morphée. Les jours suivant, je fis la connaissance de mon père qui n'avait pas été présent pour ma naissance. Je l'excusais sans difficulté. Ce n'était pas tout à fait de sa faute. Après tout, j'avais entendu dire que j'étais légèrement prématurée. Il n'avait pas pu prévoir. Il me prenait dans ses bras, tout heureux. Je crus voir une ou deux larmes couler de ses yeux.  Ah bah non , faut pas pleurer mon beau papa ! Je veux que tu sois heureux pas malheureux ! Je trouvais le bonheur parmi ses deux personnes  divines intérieurement. Nous allions former une véritable famille. Notre futur semblait déjà prometteur.

Mes premiers souliers, ma première robe que j'enfilais, mon paternel qui me filmait tout ça étaient juste magique ! On ne pouvait mieux rêver pour une petite fille malgré tout le bonheur que me procurait mes parents, je n'étais pas un ange. Il m'avait acheté un petit  chiot avec qui je faisais les quatre cents coup. La petite bête et moi jouons souvent tous les deux. Le chien n'avait pas le droit de monter à l'étage parce que ses pattes sur le parquet empêchaient mes parents de dormir alors tous les soirs, j'allais le chercher en bas et le glissais dans mon lit pour le couvrir de câlin. Au risque de me faire disputer tous les lendemain matin mais ça en valait la peine. J'étais une petite habituée à ne pas suivre les règles. Lorsqu'on m'interdisait des choses, il fallait toujours que je fasse l'interdiction. On pouvait m'interdire d'aller dans le jardin sous la pluie, j'étais la première à courir sous la pluie, marcher dans la boue et me salir. Lorsque mon père me voyait, je me cachais derrière un arbre mais il me trouvait toujours et là débutait une course poursuite, je courrais dans la maison et en général, je n'ôtais pas mes chaussures couvertes de boues. Et là, c'était maman qui criait parce qu'elle venait de faire le ménage. J'étais leur premier enfant et on ne refuse rien à son enfant. Alors maman criait un peu puis lavait le sol. L'arme que j'avais pour échapper à la punition était mes yeux. J'imitais mon chien quand j'étais petite dans le miroir, me donnant un air triste qui faisait fondre. Ca ne marchait pas toujours mais assez souvent.

Mon adolescence ne m'avait pas trop changé. J'étais toujours pareil avec une dose de rébellion supplémentaire. Il n'était plus question de courir dans le jardin mais de quitter la maison pour sortir. Je faisais le mur pour sortir quand mes parents ne voulaient pas. Oh, il n'avait pas à se plaindre. Je ne suis pas une droguée avérée ni une grosse fumeuse. Ses deux facteurs, j'en consommais de temps en temps avec une supériorité pour la cigarette. Je fumais par ennui, avec des amis ou par simple envie. L'alcool, ça...c'est différent ! Avoir la tête qui tournait, faire remonter tout notre consommation dans les buissons, la gueule de bois du lendemain, ça valait le coup d'une bonne bouteille ! Comme on dit plus on s'entraîne, plus on résiste ! Les garçons, je m'amusais souvent d'eux, je leur faisais croire un oui alors qu'en réalité au moment propice, je m'éclipsais, les laissant en plan. Je savais aussi dire véritablement oui à quelqu'un, ceux dont je voyais qui me méritait réellement.

Depuis ce temps-là dans ma tête, je n'ai pas vraiment grandi. Je suis toujours une petite gamine un peu inconsciente qui ne veut que s'amuser. Ne sachant pas ce que je voulais faire de ma vie, j'ai choisi dans le médicale mais quelque chose de banale, je ne voulais pas bosser à l'école encore des années. Je n'étais pas décidée à travailler. Mon métier, je l'avais un peu tiré au sort parmi des tas d'autres. Vous savez le jeu où on écrit sur des bouts de papiers que l'on met dans un chapeau et qu'on tire au sort. Bah voilà comment je suis devenue infirmière.

Je sais ce que vous attendiez tous, ma rencontre avec mon bel ange. Patientez encore un peu ! En parlant de ça, lorsque qu'on me racontait que des êtres supérieures à mon statut d'humaine existaient. Je ne pus à peine le croire. J'eus le besoin d'en savoir davantage. Les demi-dieux, les êtres sûrement les plus forts. Je prenais tout ça comme de pures légendes. Leurs existences étaient imaginaires ! J'entendus parler de vampires, merci Twilight ! Ca, je connaissais à peu près mais l'idée de se faire mordre dans le cou, plutôt simple. En quelques baisers, le cou était vite atteint...Les Démons ? Dangereux, oh que oui surtout l'attraction qu'ils peuvent avoir d'après ce que j'avais compris. Dur de résister donc.  Les sirènes, moitié poisson pas trop de soucis à se faire. Il suffisait d'aller dans l'eau pour les croiser enfin pour qu'elles soient véritablement dangereuses. Les anges, êtres trop purs à mon goût, la plupart doivent être encore vierges là-dedans. Ca doit pas être drôle ! Ils doivent pas trop s'amuser ! J'avoue que je serais tentée de toucher leurs ailes pour voir si elles sont douces.

Vous allez croire ça un peu stupide mais existent-ils vraiment ? Alors pourquoi ne suis-je pas encore tombé sur une espèce comme ça ? C'est ce que je croyais, il y a quelques années auparavant !

Depuis ce temps, j'ai fait la connaissance d'être spéciaux. Je parle des anges. Je ne compte pas le nombre de fois où j'ai été surveillée par eux. Rare sont ceux qui ont réussit à me supporter. La régularité de mes changements de protecteurs est dû à ma conduite indisciplinée et mon caractère de cochon. Ce n'était pas de ma faute si ils me mettaient trop de barrière et que respecter leurs règles étaient aussi durs que de tenir sur une chaise durant 24h sans un seul mouvement ! Je ne pouvais rien faire alors ce n'était pas drôle et généralement, je leur faisais péter une crise de nerfs assez rapidement. Lorsque c'était une femme, je faisais les 400 coups, pleins de bêtises que parfois je finissais par la rendre dépressive. Un homme, je jouais les câlines pour obtenir ce que je voulais et j'avais tendance à me dévêtir un peu trop à leur goût. C'était plutôt le " Doux Marie Joseph, votre sous-vêtement est voyant ! " Ce n'était rien, un soutien-gorge ou seulement une lanière pouvait les mettre dans tout leur état. Une véritable torture pour moi !

Pendant environ quelques semaines, je n'ai plus eu de nouvelles de mon protecteur. Il avait dû m'abandonner et on l'avait pas remplacé ayant compris l'inutilité du cas ! Qu'ils aillent protéger ailleurs ! J'étais une grande fille,  je n'avais pas besoin de baby-sitter. Si j'en voulais une, j'aurais contacté ma mère, elle savait le faire.

Ma liberté que j'avais cru obtenir fut révoquée ce soir-là. Il y a quelques heures auparavant de cette soirée, j'étais rentrée dans un bar comme tous les soirs ou presque. L'idiote que j'étais avait oublié son porte-monnaie chez elle, très pratique de se payer un verre gratuitement...Je devais me trouver un moyen de boire alors je m'approchais d'un mec qui semblait plutôt intéressé de ma présence. Il m'offrit un verre plus tôt que je ne l'avais prédis. Quoi, je m'étais juste assis en face de lui avec un léger décolleté et des magnifiques sourires. Je rigolais en sa compagnie, l'air charmeuse  commençant à me saouler profondément. Je ne l'étais pas encore mais je pense qu'à quelques verres supplémentaires, j'y aurais été, seulement ces verres n'arrivaient pas. Je fatiguais légèrement, voulant rentrer chez moi. L'homme n'en avait pas décidé ainsi. J'admettais que j'étais un peu, allée le draguer un peu. Ca n'avait dû être trop pour lui qu'il se sentait obligé d'aller plus loin avec moi. Je le saluai et partis brusquement du bar. Il me retenait par le bras, un air moins commode que le début de cette soirée. Je tirais mon bras et continuais la ruelle. Il me plaqua contre le mur, tenant mes bras contre le mur. Mon sac rencontrait le sol et moi, j'étais prise en sandwich entre le mur et l'homme. Il m'embrassa et je bougeai la tête dans tous les sens. Il releva ma robe et m'attrapa la cuisse, s'en fut trop. Je me débattais, je ne pouvais hurler, ses lèvres étant collés aux miennes sans interruption. Je frappais ses tibias de mes pieds, ça n'avait pas vraiment d'effet. Je me tenais trop près de lui. La situation semblait si désespérée que la suite vint trop vite.  Un autre homme arriva et arracha le type de mon corps. Je me laissais glisser sur le sol tandis que l'inconnu frappait mon agresseur qui finit par lâcher prise et s'enfuit. Je ne connaissais pas cette personne , je savais juste que aucune personne normale ne m'aurait aidé comme ça ? On ne joue plus les héros quand une demoiselle est en détresse.Lorsque je pus entrevoir son visage dans la pénombre, je le fixais sans fin. Il s'abaissa à mon niveau et mes lèvres laissèrent juste passer un merci de reconnaissance.Il m'aida à me relever et je compris tout de suite que sa présence n'était pas anodine. Il était mon nouveau protecteur, ma nouvelle baby-sitter !



PSEUDO ৩ Justine ; AGE ৩ 16 ; FRÉQUENCE DE CONNEXION ৩ 4/7 mini ;  COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ৩ Ahah !  ; DES CHOSES A DIRE POUR L’AMÉLIORER ৩ Nothing ; CRÉDIT IMAGE ৩ Tumblr ; MOT DE LA FIN ৩ La première humaine sur le forum !!!!  

Code:
[b] Amber Heard [color=#804040]ϖ[/color][/b] [i]Alice Hershey [/i]




Dernière édition par Alice Hershey le Mar 9 Juil - 23:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Arrivée en ville : 08/06/2013
Dossiers : 155
Célébrité : Julian McMahon

Localisation : Los Angeles --> Downtown
Métier/études : Avocat de l'accusation (Avocat du Diable )


MessageSujet: Re: La simplicité d'être humaine ! Alice Hershey   Dim 30 Juin - 21:37

Bienvenue pauvre mortelle

Enfin notre souffre douleur à nous, Démons, vient d'arriver sur le forum ! Mouahahaha !

Bon courage pour ta fiche ;)

_________________